Baisse du cours et Benchmark

 Baisse : recul de la valeur du cours de bourse d’un titre coté. Une baisse, selon son importance, peut être qualifiée de consolidation (jusqu’à -5%) correction (jusqu’à – 15/20%) ou effondrement et krach (au-delà de -20%).

Bar chart : contrairement à un graphique en courbe classique, le graphique en bar-charts cumule les avantages. Il permet de visualiser la totalité des informations disponibles quotidiennement sur le marché. Ainsi alors qu’un graphique en courbe se borne à utiliser le cours de clôture, le graphique en bar charts utilise le cours d’ouverture, le plus haut, le plus bas et le cours de clôture. Cette méthode permettait également de supprimer le risque que constituait le cours de clôture avant l’apparition du fixing de clôture. Le cours de clôture d’un titre pouvait-être fixé sur une poignée de titres, totalement incomparable avec le reste de la séance.

Bear/bearish (baissier) : expression anglo-saxonne désignant une baisse d’un marché ou d’un titre. L’illustration qui convient est celle d’un ours (bear) qui attaque avec ses griffes de haut en bas. Bearishest un terme associé désignant un marché ou une tendance baissière ou ceux qui défendent et anticipent cette thèse.

Bear trap/bull trap : en français littéralement  piège à baissier et piège à haussier. Il s’agit de figures chartistes invalidées, le plus souvent de cassure de support ou de résistance, en séance voire en clôture, qui laisse anticiper au trader une accélération du mouvement, mais qui se retourne pour réintégrer finalement la situation initiale et repartir dans le sens inverse. Ceux qui avaient trop anticipé sur la rupture en sont pour leur frais car ils se retrouvent en contre tendance.

Benchmark/Benchmarking/Benchmarker : analyse comparative ou étalonnage à partir d’une référence. La gestion benchmarkée est une technique de gestion qui consiste à faire varier les pondérations de certaines valeurs, en fonction de leur poids relatif dans l’indice (pour le CAC40 par exemple, Total représente environ 15% de l’indice de référence, le gestionnaire de portefeuille va faire varier le poids de Total dans son fonds de 13 à 17%, soit plus ou moins 2%, par rapport à l’indice de référence). Pour les gestionnaires de portefeuille français, l’indice de référence pour comparer leurs performances annuelles est le CAC40 qui est l’étalon sur les marchés nationaux ; faire mieux ou moins bien que l’indice de référence est une façon simple de mesurer les performances relatives des fonds entre eux.